Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Régime... et si vous alliez voir un psy ?

Régime... et si vous alliez voir un psy ?

C'est un point assez difficile à soulever et pourtant je vais quand même essayer de dire quelques mots là-dessus.

J'suis pas à l'aise avec les confidences (bizarre pour une meuf qui a un blog me direz-vous !) mais je vais quand même vous en faire quelques unes.

Ma prise de poids à commencé lorsque j'ai subi une rupture amoureuse.. J'étais alors dans une ville à 700 bornes de chez moi, loin de ma famille et de mes amis. Et surtout loin de mes repères. Ca fait assez fleur bleue mais c'était mon premier amour, ça a duré 4 ans et puis pouf ! (ou pouffe plutôt parce qu'il est parti pour une de ces PÉTASSES comme on les connaît si bien !) A l'époque je pesais 57kg pour 1m60.

BREF !

L'année dernière mon papa est décédé. Voilà pourquoi je ne suis pas bien en ce moment, demain ce sera le premier "anniversaire" de son décès et depuis le premier août j'en mène pas large. En quelques jours, il y a eu "l'anniversaire" de son accident, la date son anniversaire, la date de son décès et pour finir la date de son enterrement. C'est vraiment pas évident pour moi.

Tout ça pour dire qu'il y a une raison à tout, cela fait maintenant 7 ans que j'ai des kilos en trop, et quand j'allais voir un nutritionniste, il faisait que me répéter "Au fait, comment vas ton psy ?" Ca me faisait sourire car je n'en avais pas. Mais je savais bien qu'il avait raison, que le fait de pouvoir parler de ses peines à quelqu'un pouvait aider. Mais j'ai toujours la sensation que si tu vas voir un psy, c'est que t'es fou. (oui je suis un peu conne)

Pendant toutes ces années, j'ai souris, j'ai ris, je me suis amusé, j'ai fait rire les gens et puis de temps en temps, quand la soupape tenait plus le coup, le soir, je pétais un câble, soit un étant très énervée, soit en pleurant sans jamais pouvoir m'arrêter.

Parce que pendant tout ce temps il y avait, et il y a toujours, cette peine insurmontable de la perte de mon papa.

Il y a quelques mois je suis donc allé voir une psy, on va l'appeler Madame S. Il faut dire que ce n'est pas la première fois que je tentais le coup. Il y a 7 ans, j'étais allé une femme qui était derrière son bureau, qui m'a fait raconter mon histoire qui était si fraîche qu'elle en était encore plus douloureuse. Elle m'a regardé pleurer, raconter mon histoire entre deux sanglots et ensuite elle m'a donné son tarif (oui ça fait pute !) et m'a demandé d'aller prendre rendez-vous au secrétariat. Aucun échange, aucune explication, je n'ai vraiment pas vu l'intérêt d'y retourner. J'ai fait une seconde tentative, avec une femme près de chez moi. Je lui ai confié que j'étais très souvent en colère depuis le décès de mon papa et que ça bouffait mon énergie. Tout ce qu'elle a su me répondre c'est que c'était normal d'être en colère, normal d'être triste. Merci au revoir.

Pour finir, et parce que ma colère et ma tristesse ont mis en danger la relation avec mon copain, en avril 2013, je suis allé voir une psychiatre (vous en conviendrez, ça fait encore plus fou), Madame S. Et bien Madame S. est gentille. Compréhensive. Elle ne me dit pas ce que peuvent dire M. et Mme tout le monde. Elle me fait réfléchir différemment.

Pour prendre un exemple concret, et toujours relatif à mon papa, un jour je lui ai dit que je ne savais pas où me recueillir, car mon papa a été insinéré dans une ville et enterré dans une autre. Du coup je me sentais un peu perdue et je ne savais pas où aller pour lui rendre hommage. Elle m'a tout simplement dit une chose à laquelle je n'avais pas pensé. Que je n'avais pas besoin de lieu pour lui rendre hommage. Qu'il me suffisait de regarder de vieilles photos/vidéos, de parler de lui, de sourire en repensant aux bons souvenirs et que c'était ça aussi lui rendre hommage.

Autour de moi personne ne sait que je vais la voir. Je suis très mal à l'aise face à ça. Je n'ai pas envie d'en avoir besoin. Mais malheureusement on ne peut pas tout affronter seul. Il y a deux rendez-vous, j'y suis allé tout sourire, et elle m'a demandé des nouvelles d'un petit peu tout dans ma vie, tout était ok. Et puis la question : "Et au niveau de votre poids ?" BAM j'ai fondu en larmes ! J'm'y attendais pas à celle-là ! Mais elle avait raison, ce mal-être me bouffe la vie et il faut que je change pour aller mieux.

Si je mange, ou plutôt si je mangeais, c'était pour combler un manque, un vide qui est là depuis 7 putains de longues années et que je n'arrivais jamais à combler. Mon papa me manque, terriblement, j'étais si complice avec lui, j'avais tellement à apprendre de lui. Mais voilà, il faut faire son deuil, cela fera 1 an demain et je n'ai toujours pas réussi à le faire. Les larmes me montent dès que j'évoque son souvenir. C'est terrible de ne plus pouvoir entendre sa voix, son rire. Mais c'est comme ça, je n'ai pas le choix.

Début Juillet 2013 j'ai eu un déclic, j'ai à nouveau eu envie de faire attention. Ca a dû vous arriver à vous aussi, parfois, d'un seul coup, on n'a plus envie de grignoter, on n'est plus si attirées que ça par la bouffe.

J'ai donc profité de ce déclic pour me remettre à faire gaffe. Ca faisait déjà plusieurs mois que je faisais du sport 3 fois par semaine mais comme je mangeais mal, je ne perdais rien.

Cela fait donc 1 mois que je fais attention à ce que je mange. Vraiment attention. C'est à dire qu'avant je faisais des salades composées, mais composées de tous les écarts possibles : croutons, olives aux anchois, fromage etc. Au final il n'y avait presque plus de salade. Et je m'étonnais de ne pas maigrir alors que je me frustrais au quotidien.

En 1 mois j'ai perdu 2,5kg. Ce n'est pas beaucoup, mais c'est déjà ça.

Pour faire un résumé de cet article interminable

Cherchez à comprendre pourquoi vous mangez, essayez de trouver ce qui vous ronge de l'intérieur, pourquoi vous avez des crises de boulimies, pourquoi vous mangez jusqu'à ce que votre ventre vous fasse mal. Et si vous n'y parvenez pas seule, eh bien allez voir votre Madame S., elle vous débloquera certainement des questions qui vous hantent ou d'éléments qui vous rongent sans que vous vous en aperceviez. J'ai mis du temps à me rendre compte et surtout à admettre que je pouvais accepter de l'aide, mais maintenant je suis contente d'avoir franchi le pas. En espérant avoir une vie meilleure en me sentant bien dans ma tête et en réussissant à vaincre la tristesse qui me rongeait peu à peu...

Encore un grand merci à toutes les nenettes sur Instagram qui me filent la pêche, me font rire et surtout me motivent au quotidien dans ce régime ! (Même si j'avoue que je vous insulte un peu quand vous perdez du poids et pas moi !)

Bonne journée les gens

Une future ex-grosse 24/09/2013 15:31

Et bien un très bel article! Comme tu dis nous avons toutes (je pense) quelque chose de déclanchant... j'ai égalment été voir une psy il y a quelques années (et seul mon mari le savait et tjs d'ailleurs). ça m'a fait du bien, mais je pense qu'en prenant de l'âge et le fait que je m'affirme un peu plus dans ma vie, ça m'aide à me reprendre en main :)

nomorekiloplease 16/09/2013 12:12

merci de partager tes peines , tes joies et les difficultés avec ce foutu excédent de poids. Tu es une fille formidable . Bonne continuation avec mister régime et bonne chance dans tout ce que tu entreprends.

GdC 16/09/2013 12:16

J'te remercie, c'est très gentil.

GdC 18/08/2013 22:09

Merci beaucoup Enjoyeveryglance ...

Enjoyeveryglance 16/08/2013 00:48

Très bel article, merci de partager ça sur la toile... Une pensée pour ton Papa qui est parti mais qui sera toujours en toi, même si tu perds tes kilos en trop d'ailleurs ;)
Bonne initiative la psy, même si ça te fait encore bizarre, tant que ça t'aide, c'est bien. C'est tout. :)